​La copocléphilie

News de brocante et vide-grenier : Collection

Nous faisons aujourd'hui un petit tour en Suisse pour rencontrer un coplocléphile chevronné. Coploquoi ? Vous ne connaissez pas ? Et bien, pour tout vous dire, jusqu'à il y a peu, nous non plus !

Entretien avec monsieur Gagnère, de Lausanne, amateur de vide-grenier, et avant tout collectionneur de porte-clés depuis plus de 50 ans, car c'est bien de cela dont il s'agit ! (avec la photo, c'était quand même pas très dur à deviner !)


LA NAISSANCE D'UNE PASSION

Copocléphile (COllectionneur de POrte-CLÉs phile) depuis les années 60, comme de nombreuses personnes à l’époque (Combien de potages en sachets ou de camemberts n’avons-nous pas mangés à l'époque, dans l’unique but de recevoir un porte-clés ?!), j’ai gardé et complété ma collection, au fil des années et des voyages, à travers le monde. Le développement des bourses et autres vide-greniers ajouté à celui des sites de petites annonces sur internet, depuis quelques années, m’a permis de dynamiser ma collection.


UN INTÉRÊT SANS CESSE 
RENOUVELÉ

Ce qui me fait courir ? La beauté de ces objets miniatures, parfois de véritables bijoux, les échanges entre collectionneurs, français, suisses, québécois, espagnols, la recherche de la pièce rare, la fièvre de découvrir enfouie sous un banc une belle boîte de porte-clés, fussent-ils quelque peu rouillés et y découvrir au fond une merveille, la participation à des bourses-expositions (sans doute suis-je l’un des rares extra-terrestres au milieu des amateurs des sempiternels modèles réduits de trains ou de voitures !), et la joie lorsqu’une personne de ma famille ou de mes amis, voire de mes connaissances professionnelles m’en fait cadeau ! Depuis un porte-clés de luxe Mont-Blanc ou Louis Vuitton, jusqu’à un sac de 18 kilos de tous les genres !

J’avoue avoir des goûts éclectiques. Comment ne pas craquer devant un écusson émaillé Panhard des années 50 ou l’idole des Yéyés ? Ces porte-clés reflètent notre société, à diverses époques comme toute la publicité. On voit à travers eux, la transformation de notre manière de vivre : libération de la femme par l’irruption de l’électro-ménager, la naissance de l’informatique, la conception des voitures de rapides à économiques, les vertus de l’alcool ou du tabac, ainsi que les influences nippones ou américaines.

copoclephilie collection de porte-clefs


HISTOIRE ET INDUSTRIE

Les copocléphiles puristes se cantonnent souvent aux Bourbon, produits entre 1964 et 1968. Et j’avoue qu’ils ont aussi ma préférence. La raison ? Ils sont en nombre limité, donc de nombreux rares (3500 modèles tout de même, tirés entre 10 exemplaires, pour les prototypes et 500.000 pour certains Total). Le plexiglas ne s’altère pas et même après 50 ans, ils sont parfaitement translucides.

La Société Bourbon, située à St-Claude, Jura, et dans les environs, a produit ces articles, fournissant du travail à toute une région. J’ai eu l’immense chance de rencontrer Monsieur Jean Bourbon, qui participa au succès de la production, à la mort de son père, Etienne et Raphaël Cortinovis, frères de Claude Cortinovis, qui conçut de nombreux dispositifs pour les fabriquer, ainsi que Roger Morel-Fourrier, ex-directeur de Bourbon. Grâce à eux, j’ai appris beaucoup sur l’histoire et la fabrication de ces porte-clés d’un genre unique, peu de littérature existant sur le sujet.


Merci monsieur Gagnère pour cet entretien !

Si vous êtes vous-mêmes amateurs de porte-clefs, ou que cet article vous a donné envie, n'hésitez pas à aller visiter le site de monsieur Gagnère, où vous retrouverez une grande partie de sa collection. Ces petits bijoux sont classés par catégories et remis à jour en permanence.

Pour accéder à son site cliquez ici !

Article suivant Home Gazette Article précédent