De la cour du Roi à la fée électricité !

News de brocante et vide-grenier : Collection

Nous débutons notre série sur les objets mythiques par le moulin à café. Objets tellement prisés de nos jours, sur les brocantes et vide-greniers, que certains vendeurs s'en sont fait une spécialité. Bruts encore couverts de poussières, ou refaits à neuf, datés des années 30 jusqu'à certains exemplaires collector du XVIIème, il y en a pour tous les goûts et toutes les bourses.

UNE NOUVELLE TENDANCE A LA COUR

C'est logiquement après la découverte de ce nouveau produit exotique qu'était le café, au XIVème siècle, devenu à la mode à la cour de France, que les familles les plus aisées, puis petit à petit tout un chacun, s'est mis à consommer ce breuvage aux vertus tonifiantes.

D'abord moulu avec les moyens du bord, par pilon ou moulin à épices, le café se devait d'avoir son ustensile dédié ! Certains artisans (ou marchands) sentirent alors la tendance et se lancèrent. 

DE L'ARTISANAT A L'INDUSTRIE

Véritable objet d'artisanat parfois richement travaillé, sa production s'industrialisa au fil des siècles. Les mécanismes devinrent de plus en plus sophistiqués. La marque Peugeot notamment (mais aussi Japy, Grulet, Goldenberg, ou Jaffe Frère) en produisit à grande échelle, déposant de nombreux brevets. Depuis, Moulinex, en 1957, fit passer l'objet dans le monde électrique, perdant en charme ce qu'il gagna en praticité.

Différents types peuvent être dénichés en vide-greniers ou vide-maisons : (en brocante, les plus beaux modèles seront souvent assez chers, car convoités)

- les modèles carrés Peugeot du début du XXème, et d'usage quotidiens, sont très répandus.

les moulins militaires : basiques, et sans fioritures.

- les modèles muraux décorés d'illustrations des provinces françaises.

- les modèles ronds des XVIII et XIXème en cuivre, de style oriental, proviennent généralement de Turquie, et peuvent s'avérer très élégants.

le "Louis XIV", la référence des collectionneurs : produit entre le XVIIème et la fin du XVIIIème siècle.

Un tuyau pour repérer une belle pièce : la quasi totalité des moulins produits au XVIIIème sont signés, si ils ont été réalisés par un artisan. Vous y trouverez le nom du créateur ainsi qu'un poinçon spécifique (souvent représentant un animal) Certains moulins à café, notamment du XIXème en bois précieux (acajou par exemple) et finement décorés, sont très recherchés.

Comme collection ne rime pas toujours avec raison, certaines pièces exceptionnelles peuvent atteindre des sommets. Ce fût le cas lors de cette vente Drouot en décembre 2010, où un certes, très joli moulin Louis XV atteignit la somme de 27.000 € ! (et on vous fait grâce des frais !)

Enfin, si vous croyez que le moulin à café est un objet désuet, voilà un récent concept du Peugeot Design Lab qui vous fera peut-être changer d'avis.

Plus d'infos sur le site de l'association internationale des collectionneurs de Moulins à café. (les mylokaphephiles !)

Article suivant Home Gazette Article précédent